2000 Cher Stendhal Paul Desalmand


Cher Stendhal Paul Desalmand


presse-dl-article-cher-stendhal-de-desalmand-2.jpg


cher-stendhal-paul-desalmand.jpg

Le livre, actuellement sous la bannière des éditions Bérénice est distribué par les éditions Arcadia, 9-11 rue du Champ de l’Alouette, 75013 Paris.--http://www.arcadia-editions.com/


Texte de la préface signée Octave de Marnitto(voir article ci dessus)

PRÉFACE de Cher Stendhal. Un pari sur la gloire de Paul Désalmand.

 Cher Paul Désalmand,

  Je suis très honoré que vous m’ayez sollicité pour préfacer votre ouvrage sur Stendhal, et si le temps ne m’avait pas manqué, j’aurais eu du plaisir à le faire. Mais vous savez ce que sont les contraintes universitaires. Je préside dans trois jours une soutenance de thèse sur l’onomastique dans Armance et je n’ai pas encore lu une ligne de ce pavé de mille deux cents pages.

Je le regrette d’autant plus que votre livre mériterait ma caution, même si la formule adoptée ne correspond pas à un genre répertorié. Il ne comporte aucune note et s’avère pourtant d’une parfaite rigueur. Votre idée de mettre tout l’appareil critique sur Internet* (et d’y ajouter la totalité du dossier préparatoire) me paraît excellente. La lecture s’en trouve facilitée et, par ailleurs, le chercheur, s’il le souhaite, peut accéder à telle ou telle référence sans trop de peine.

Votre méthode de composition très éclatée surprend de prime abord. Vous donnez des coups de projecteur sans vous soucier de la chronologie, faisant alterner le biographique et l’analyse. Pourtant, très vite, on comprend que cette disparate cache un savant désordre. Vous tenez le lecteur en haleine par un habile suspense, vous le reposez d’une analyse sérieuse en la faisant suivre d’une anecdote croustillante. Surtout, vous avez ménagé une dynamique qui rend ce livre, un peu déconcertant dans ses premières pages, de plus en plus engagé. Je n’entends pas ce terme dans son sens politique – encore que – mais me réfère au rapport intime entre l’auteur et son modèle. Parallèlement se fait jour le caractère moderne de l’auteur du Rouge, je veux parler de sa proximité avec la sensibilité de notre temps.

Je ne regrette pas trop de ne pouvoir écrire la préface que votre livre aurait méritée. Il me semble, en effet, qu’un bon ouvrage peut se passer d’un étai de cette sorte. Je me contente de lui souhaiter bon vent, sûr qu’il irritera plus d’un spécialiste, mais sûr aussi qu’il fera mieux aimer Stendhal, parce que vous l’avez rajeuni.

 Octave de Marnitto.

Professeur émérite à l’Université de Grenoble

Texte de la préface reçu de Paul  Desalmand le 2 avril 2013- publié ici avec son autorisation.


Lettre de Victor del Litto à Paul Desalmand

1. Paul Desalmand 22/02/2013

V. del Litto m'a envoyé une lettre pleine d'humour à propos de mon livre Cher Stendhal. Elle peut vous intéresser.


Lettre V. Del Litto du 26. 6. 99.

STENDHAL CLUB Grenoble le 29. 6. 99

Cher disciple,

J'ai bien reçu votre livre, vous remercie de me l'avoir envoyé et de l'avoir enrichi d'une aussi éclatante dédicace.

Comme vous le devinez, j'ai aussitôt consulté le vénérable collègue auteur de la préface. Il s'est plongé dans une profonde méditation. Quand je l'ai réveillé, il m'a avoué avoir totalement oublié votre présence aux séminaires qu'il a dirigés pendant cinquante ans. Peut-être a-t-il ajouté, vous étiez un simple « amateur ».

J'ai jubilé. Le Maître venait de prononcer un mot dont la signification lui échappait.

L'homo historicus que j'ai été a été heureux de se retrouver devant un « amateur », un « irrévérent ».

Quel bonheur ! Quelle fierté.

Veuillez trouver ici tous mes compliments.

Victor Del Litto

Texte de cette lettre publié avec l'aimable autorisation de P Desalmand


LA VOIX AUX CHAPITRES

Le Canard enchaîné du mercredi 11 août 1999 page 6.

CHER STENDHAL, UN PARI SUR LA GLOIRE, de Paul Désalmand, Ed. Presses de Valmy, 286 p., 120 F.

Quoi, encore Stendhal ? Oui, toujours Stendhal. Il est quand même un des phénomènes les plus intéressants qui soient apparus à la surface de cette planète. Plus encore qu'une banale éclipse de Soleil…

Voyez le fameux épisode des lunettes vertes. Il vient de tomber amoureux d'une Milanaise, qui lui annonce qu'elle part en villégiature dans la petite ville de Volterra, près de Florence. Dans le seul but de respirer l'air qu'elle respire, d'être proche d'elle sans qu'elle le sache, il décide de s'y rendre aussi, incognito. Et s'affuble de lunettes vertes, pour n'être pas reconnu en cas de rencontre inopinée. Évidemment, ils tombent nez à nez. Elle le reconnaît. Elle est furieuse, il est désespéré. C'est pour ça qu'on l'aime…

Stendhal et sa chasse au bonheur. Sa maladresse, ses lubies, ses ardeurs juvéniles, son amour des tilleuls, des épinards, de Saint-Simon. Sa passion pour la connaissance du cœur humain. Stendhal le très vivant : « Il faut secouer la vie, autrement elle nous ronge. »

L'auteur l'affirme : « Pratiquer Stendhal c'est se ranger, aussi modestement que ce soit, dans le camp de ceux qui ont décidé de bien faire l'homme. C'est s'armer contre la bêtise, la veulerie, la lourdeur, la prétention, l'aigreur de nos contemporains. » Beau programme ! Une suite de courts chapitres, faits l'air de ne pas y toucher, avec mille anecdotes, des citations éclairantes, une belle liberté d'allure, ce petit livre est certes le énième sur Stendhal, mais on dirait le premier ! J.-L. P. (Jean-Luc Porquet).

Texte publié avec l'aimable autorisation de l'auteur.

Tout le dossier sur le site Armance--Cher Stendhal ( le dossier)

voir aussi



paul-desalmand-2007-06-16-paris-montmartre.jpg

Paul Desalmand-Paris Montmartre Juin 2007

Biographie Paul Desalmand

Ecrire à Paul Desalmand

image001-1.gif

rubon21.png


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×