2004 Del Litto Hommage de Paul Hamon

 

IN MEMORIAM VICTOR DEL LITTO 1911 — 2004

Paul Hamon

Conservateur honoraire de la Bibliothèque de Grenoble,Secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie delphinale

Italien de naissance, fils d’un officier supérieur, Vittorio DelLitto n’aurait eu aucune raison particulière de venir en France, s’il n’avait pas voulu fuir le fascisme né en sa patrie. Comme beaucoup de ses compatriotes, il vint à Grenoble et s’y fixa en 1934. Déjà en possession d'une licence de lettres en son pays d’origine, il poursuivit ses études à la Faculté des Lettres pour acquérir la licence française.

 Devenu lecteur de langue et de littérature italiennes, il va fréquenter la Bibliothèque municipale, place de Verdun. Le conservateur de l’époque, Louis Royer, alors sans doute le meilleur connaisseur de Stendhal de Grenoble, va lui faire découvrir les manuscrits de l’écrivain, dont il a la garde. De ce contact presque physique avec Henri Beyle, il ne pourra plus se libérer et Stendhal fera de Victor Del Litto un Grenoblois. Il faut l’avoir vu assis à la première rangée des tables de laSalle de lecture où il venait régulièrement prendre place semaine après semaine. Immobile, avec persévérance, il procédait au déchiffrement des manuscrits de Stendhal. A la fin de la séance, en les remettant au bureau du public, il lui arrivait, parfois, d’éprouver le désir de faire partager sa joie d’une découverte.

 Pourtant, bien vite il se reprenait, retrouvait — pour lui c’était une protection — ce sourire un peu sarcastique, ce regard ironique qui semblaient dire : «Vous en avez saisi l’importance ? Il faut du temps pour connaître un être.»

 Sa naturalisation en 1947 fera de lui un Français à part entière. Etant devenu Docteur en Sorbonne en 1954, puis Professeur à la Faculté des Lettres en 1959, il n’a qu’à traverser la place de Verdun pour retrouver Stendhal et il ne s’en privera pas.

Et puis le temps s’écoula. La Bibliothèque sera transférée, en 1969, boulevard Maréchal Lyautey. Pourtant c’est toujours avec la même ardeur qu’il va y travailler, tout particulièrement sur le manuscrit de la Vie de Henry Brulard.

Alors, pour bien montrer tout l’intérêt qu’il portait à son inestimable fonds stendhalien, lui exprimer sa reconnaissance, il lui fit don de tous ses livres, ne voulant les savoir en un autre lieu.

Dans la dernière partie de sa vie, il va s’attacher à réconcilier les Grenoblois avec Stendhal et y parviendra. Grenoble et Stendhal sont deux noms indissociables. Aujourd’hui, il faut y ajouter un troisième, celui de Victor Del Litto.

 Paul Hamon

Conservateur honoraire de la Bibliothèque de Grenoble,

Secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie delphinale



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×