1968 L'affaire du Fonds Bucci

 

L’Affaire du Fonds Bucci

Durant les années 60, Victor Del Litto s’occupe énergiquement de la récupération du Fonds Bucci.Voilà de quoi il s’agit : à la fin de sa vie, Stendhal, alors consul à Civita-Vecchia, avait légué sa bibliothèque personnelle à Donato Bucci (1898–1870), antiquaire à Civita-Vecchia et ami très cher. Cette bibliothèque contenait beaucoup d’ouvrages extrêmement rares car annotées de la main de Stendhal.Il y a là Armance, les Promenades dans Rome, Le Rouge et le Noir, La Chartreuse de Parme, les Mémoires d’un Touriste qui portent de précieuses inscriptions de l’auteur Il y avait aussi de nombreux autres livres que Stendhal avait couvert de notes lors de ses lectures.

A la mort de Donato Bucci, c’est son petit-fils Clodoveo qui avait reçu ce fonds en héritage. Celui-ci honorait strictement le dépôt précieux qui lui fut légué par son grand-père. Vers 1920, le «petit musée» de Civita-Vecchia était bien connu et sollicité de tous parts. «Pas un seul stendhalien qui n’ait fait le pèlerinage de Civita-Vecchia pour visiter le petit sanctuaire dont Clodeveo Bucci assurait dévotement la garde vigilante.» commente Victor Del Litto. Clodeveo Bucci refusa, toutefois, toute offre de vente de ce trésor Stendhalien à la France.

 

Les choses se gâtèrent après la mort de Clodoveo en 1942 : Federico Gentile, collectionneur et éditeur, avait acquis le Fonds Bucci mais se montrait peu enclin à communiquer ce trésor stendhalien aux chercheurs qui se faisaient, de manière insistante, de plus en plus nombreux. Refusant les offres de vente et appuyant sur ses droits de propriétaire, Federico Gentile faisait la sourde oreille et, après avoir été attaqué par Victor Del Litto dans la préface de l’Album Stendhal, il intenta un procès en diffamation. Finalement, avant le procès, une réconciliation a eu lieu et, le 18 août 1969, Federico Gentile a cédé le Fonds à la Banca Commerciale Italiana, avec une clause mentionnant que celle-ci en ferait don à la Bibliothèque Municipale de Milan.

Ce fut chose faite le 8 avril 1970. Le Fonds Bucci fut placé dans une salle spéciale de la Bibliothèque Sormani à Milan.Une plaque rappelle ce don. Victor Del Litto put alors constaté avec satisfaction qu’il en avait terminé avec les vicissitudes du Fonds Bucci et se réjouit de ce sauvetage «miraculeux»

«Le vœu des stendhaliens était enfin exaucé. Cette Bibliothèque allait être à leur disposition. Mais, avant de l’ouvrir au public , il fallut procéder à des opérations essentielles : l’inventorier d’abord, restaurer ensuite la plupart des volumes dont plusieurs tombaient littéralement en poussière »

En 1980, Victor Del Litto publie l’inventaire de la bibliothèque de Civita-Vecchia dans « Catalogue Du Fonds Stendhalien Bucci », établi par Gian Franco Grechi et préfacée par lui-même. A la fin de cette « affaire du fonds Bucci » aux mille péripéties, il rendit hommage à la Ville de Milan en ces termes :

«Qui aurait cru qu’un jour Henri Beyle, alias M. de Stendhal ; rentrerait, avec les honneurs de la guerre, dans la ville où la police autrichienne l’avait expulsé et qui, dans la fièvre de sa vie trépidante, semblait l’avoir oublié ?Nul hommage plus éclatant ne pouvait être rendu à Stendhal par sa patrie d’élection.»

 Source : Catalogo Del Fondo Stendhaliano Bucci, Préface Victor Del Litto, 1980

Résumé de l'affaire Texte GM Moinet-archives GMM

1980-fonds-bucci-catalogue.jpg 

 

bucci-donato-portrait-1863.jpg

 

retour-sabre.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×